Syrie : Nous sommes passés d’une guerre par procuration à une vraie guerre !

par Bachar al-Jaafari

Syrie : Nous sommes passés d’une guerre par procuration à une vraie guerre !
Par Bachar al-Jaafari – http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7633

La Russie n’a pas de partenaires a l’Ouest. par Paul Craig Roberts –

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7634

Lavrov à l’ONU : ne laissons pas l’accord américano-russe sur Damas s’effondrer
+ Vidéo : intervention de S.Lavrov à l’ONU. Russia Today

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7635

Pourquoi les récents développements en Syrie montrent-ils que l’administration Obama
est dans un état de confusion agonisante – The Saker

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7632

Pierre Conesa. Dr Saoud et Mr Djihad  par Hedy Belhassine

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7629

 


Pourquoi les récents développements en Syrie montrent-ils que l’administration Obama est dans un état de confusion agonisante

par le SAKER

Les derniers développements en Syrie ne sont pas, à mon avis, le résultat d’un plan délibéré des États-Unis afin d’aider leurs alliés «terroristes modérés» sur le terrain, mais plutôt le symptôme de quelque chose d’encore plus grave: la perte total de contrôle par les États-Unis sur la situation en Syrie, et possiblement ailleurs aussi. Permettez-moi juste de rappeler ce qui vient d’arriver:

Premièrement, suite à des jours et des jours de négociations intensives, le secrétaire d’État Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov, finalement étaient parvenus à un accord de cessez-le-feu en Syrie qui potentiellement aurait pu, au moins «geler» la situation sur le terrain jusqu’à ce que l’élection présidentielle aux États-Unis ait lieu et que change l’administration (cela étant maintenant l’événement le plus important dans le proche avenir. Donc aucun plan de quelque nature que ce soit ne peut aller au-delà de cette date).

Puis l’USAF, l’aviation étasunienne, avec quelques autres [membres de leur coalition – NdT] ont bombardé une unité de l’armée syrienne stationnaire, qui n’était pas engagée dans des opérations intenses, mais tenait simplement un secteur clé du front. Les frappes des États-Unis ont été suivies d’une offensive massive des «terroristes modérés» contenue à peine par l’aviation syrienne et les forces aérospatiales russes. Inutile de dire que suite à cette provocation effrontée l’accord de cessez-le-feu était mort. Les Russes ont exprimé leur total dégoût et indignation à propos de cette attaque et commencé à dire ouvertement que les Étasuniens étaient «недоговороспособны». Ce mot signifie littéralement «incapables-d’assumer-un-accord» ou incapables d’en faire un, et puis de s’y conformer. Bien que cette expression soit polie, elle est extrêmement forte car elle n’implique pas tant une tromperie délibérée mais le défaut de la capacité même d’établir une entente et ensuite de s’y conformer. Par exemple, les Russes ont souvent dit que le régime de Kiev est «incapable-d’accord», et cela a du sens étant donné que l’Ukraine occupée par des nazis est essentiellement un État failli. Mais de dire qu’une superpuissance nucléaire est «incapable-d’assumer-un-accord» est un diagnostic terrible et extrême.   Essentiellement cela signifie que les Étasuniens sont devenus fous et ont perdu la capacité même de faire toute sorte de transaction. De plus, un gouvernement qui rompt ses promesses ou qui tente de tromper mais qui, au moins en théorie, reste capable de respecter un accord ne serait pas décrit comme «incapable-d’assumer-un-accord».

Ce terme n’est utilisé que pour décrire une entité qui n’a même pas l’aptitude dans sa boite à outils politique, de négocier et de tenir un accord. C’est un diagnostic absolument dévastateur.

Puis est survenu la scène pathétique et absolument non professionnelle, quand l’ambassadrice étasunienne aux Nations Unis, Samantha Powers a simplement quitté la réunion du Conseil de Sécurité au cours de l’intervention du représentant de la Russie. Encore une fois les Russes ont été tout simplement époustouflés, non pas par la tentative infantile  d’offenser, mais par le manque total de professionnalisme diplomatique d’une puissance. Du point de vue russe, pour qu’une superpuissance simplement quitte la salle au moment-même où une autre superpuissance fait une déclaration cruciale est tout simplement irresponsable et, encore une fois, le signe que leurs homologues étasuniens sont totalement «à la ramasse».

Finalement est arrivée l’apogée: l’attaque du convoi humanitaire en Syrie pour lequel lesÉtats-Unis ont, bien sûr, voulu rejeter le blâme sur la Russie. Les Russes, une fois de plus, pouvaient à peine en croire leurs yeux. Premièrement, c’était une tentative tellement flagrante et franchement puérile, pour montrer que «les Russes font aussi des erreurs» et que «ce sont eux qui ont tué le cessez-le-feu». Deuxièmement, il y eu cette déclaration étonnante des États-Unis, affirmant qu’il n’y avait que deux aviations susceptibles de l’avoir fait: les Russes ou les Syriens (Comment les Étasuniens espéraient-ils s’en sortir avec cette déclaration, alors que cet espace aérien est complètement contrôlé par les radars russes? Cela me dépasse!). On ne sait pas comment les Étasuniens ont «oublié» de mentionner que leur propre aviation était également présente dans la région, ainsi que les aviations de nombreux alliés des É-U. Plus important encore, ils ont oublié de mentionner que cette nuit-là des drones armés Predatorétasuniens volaient juste au-dessus de ce convoi.

Ce qui est arrivé en Syrie est douloureusement évident: le Pentagone a saboté l’accord conclu entre Kerry et Lavrov et quand il a été accusé d’en être responsable, a monté une attaque sous fausse bannière dans le but de tenter de rejeter le blâme sur les Russes.

Tout cela montre tout simplement que l’administration Obama est dans un état de confusion agonisante. Apparemment la Maison Blanche est tellement affolée par la perspective d’une victoire de Donald Trump en novembre qu’elle a essentiellement perdu le contrôle de sa politique étrangère en général, et syrienne en particulier. Les Russes ont littéralement raison: l’administration Obama est vraiment «incapable-d’assumer-un-accord».

Bien sûr, le fait que les Étasuniens agissent comme des enfants frustrés et désemparés ne signifie pas que la Russie va rendre la pareille. Nous avons déjà vu Lavrov revenir en arrière et poursuivre les négociations avec Kerry. Non pas parce que les Russes sont naïfs, mais précisément parce que, contrairement à leurs collègues étasuniens, les Russes sont des professionnels qui savent que les négociations et les lignes de communications ouvertes sont toujours, et par définition, préférables à l’action de quitter la table, surtout face à une superpuissance. Ces observateurs qui critiquent la Russie pour sa «faiblesse» ou sa «naïveté» projettent tout simplement leur propre réaction selon leur «manière de se comporter», principalement étasunienne, sur les Russes et ne parviennent pas à réaliser tout simplement que les Russes ne sont pas les Étasuniens; ils pensent différemment et agissent différemment. C’est une réalité que, les Russes ne se soucient pas d’être perçus comme «faibles» ou «naïfs». En fait, ils préféreraient être perçus comme tels si cela favorisait leurs objectifs et leur permettait de confondre l’adversaire sur leurs véritables intentions et capacités. Les Russes savent qu’ils n’ont pas construit le plus grand pays de la planète en étant «faibles» ou «naïfs» et ils n’ont pas à prendre de leçons d’un pays qui est plus jeune qu’un grand nombre de leurs édifices. Le paradigme occidental va généralement comme ceci: une crise conduit à la rupture de négociations et s’ensuit le conflit. Le paradigme russe est complètement différent: une crise conduit à des négociations qui sont menées jusqu’à la dernière seconde avant que le conflit n’éclate. Il y a deux raisons à cela: premièrement, continuer à négocier jusqu’à la dernière seconde rend possible la quête jusqu’à la dernière seconde d’un moyen pour éviter la confrontation, et deuxièmement, les négociations jusqu’à la dernière seconde permettent de se rapprocher le plus possible pour effectuer une attaque stratégique surprise. C’est exactement ainsi que la Russie a agi en Crimée et en Syrie – avec absolument aucun signe d’avertissement et encore moins, une annonce très médiatisée de puissance pour tenter d’intimider quelqu’un (l’intimidation est aussi une stratégie politique occidentale dont les Russes ne se servent pas).

Ainsi Lavrov persistera à négocier, peu importe combien ridicules et inutiles de telles négociations paraîtront. Et Lavrov lui-même ne prononcera probablement jamais officiellement le mot «недоговороспособны», mais le message envoyé à ce stade au peuple russe et aux alliés syriens, iraniens et chinois par la Russie sera qu’elle a perdu tout espoir de négocier avec l’administration actuelle des États-Unis.

Obama et Cie sont si préoccupés à essayer de cacher les problèmes de santé et de caractère d’Hillary Clinton et actuellement ne peuvent probablement pas penser à autre chose que comment survivre au prochain débat Hillary Clinton-Donald Trump. Le Pentagone et le Département d’État sont pour la plupart du temps occupés à se combattre l’un l’autre sur la Syrie, la Turquie, les Kurdes et la Russie. La CIA semble se battre contre elle-même, bien que cela soit difficile à vérifier.

Il est probable qu’une sorte d’accord sera encore annoncé par Kerry et Lavrov, et si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera demain ou le jour d’après. Mais, franchement, je suis entièrement d’accord avec les Russes: les Étasuniens sont vraiment «incapables-d’assumer-un-accord» et dès cet instant le conflit en Syrie, de même que celui d’Ukraine, sont gelés. Je ne veux pas du tout dire «gelés» au sens «pas de combats», mais j’entends «gelés» dans le sens «pas de développement majeur possible». Il y aura encore des combats, surtout maintenant que les alliés wahhabites et nazis des É-U estiment que leur patron n’est pas aux commandes, étant occupé avec les élections et les émeutes raciales, mais comme il n’y a pas de solution militaire rapide possible dans l’une ou l’autre de ces guerres, les affrontements et les tactiques offensives ne donneront aucun résultat stratégique.

Hormis une opération de fausse bannière qui annulerait les élections étasuniennes, telle que l’assassinat d’Hillary Clinton ou de Donald Trump par un «tireur isolé», les guerres en Ukraine et en Syrie se poursuivront sans perspective de quelques négociations constructives que ce soit. Et quand Donald Trump ou Hillary Clinton entreront à la Maison Blanche, une grande «réorganisation» aura lieu au début de 2017. Donald Trump probablement voudra rencontrer Poutine pour une grande séance de négociations impliquant toutes les principales questions en suspens entre les États-Unis et la Russie. Si Hillary Clinton et ses néocons prennent la Maison Blanche, alors une sorte de guerre entre la Russie et les États-Unis sera presque impossible à prévenir.

———————————————

[Southfront, 23.9.2016]

[Traduction Alexandre MOUMBARIS

relecture Marie-José MOUMBARIS]


Des Amérindiens «déçus» de la décision du juge concernant le pipeline de Dakota

http://www.presstv.ir/Detail/2016/09/07/483552/US-Dakota-Access-pipeline-tribe

Nation sioux

Les membres d’une tribu amérindienne sont «déçus» par la décision rendue par un juge fédéral, d’arrêter temporairement les travaux d’un tronçon, mais pas de toute la partie du pipeline Dakota Access qui était mise en jugement.

Dave Archambault II, le président de la Tribu sioux de Standing Rock, a déclaré mardi que le jugement rendu par le juge de district James Boasberg «aggrave les risques de ruine et de profanation» des lieux sacrés de son peuple.

Le juge Boasberg a affirmé mardi qu’il n’y aurait pas de travaux entre l’autoroute nationale 1806 de Dakota du Nord et 32 kilomètres à l’Est du lac Oahe, mais a ajouté que les travaux pouvaient redémarrer vendredi à l’Ouest de l’autoroute.

Il a ajouté qu’il déciderait finalement d’ici vendredi, s’il accordera l’opposition plus large au pipeline demandé par les tribus. Cela nécessiterait le retrait des permis pour ce projet accordé au Corps du Génie de l’armée étasunienne.

«Nous sommes déçus que certains sites sacrés importants pour lesquels nous avons fourni des preuves ne seront pas protégés», a déclaré l’avocat Jan Hasselman de Earthjustice, qui a déposé plainte au nom de la tribu.

La tribu Sioux de Standing Rock et une autre tribu amérindienne voisine ont demandé dimanche à la Cour de district de Columbia une ordonnance restrictive temporaire contreDakota Acces suite à des protestations violentes.

Des affrontements ont éclaté au cours du week-end, entre des manifestants et des agents de sécurité à proximité du site de construction après que des bulldozers aient détruit des sites tribaux sacrés dont les emplacements avaient été notifiés dans les documents judiciaires déposés vendredi.

Quand les manifestants ont exhorté l’équipe de construction de cesser les travaux, des agents de sécurité employés par Energy Transfer sont venus et ont commencé à les pulvériser avec du poivre macis tout en lâchant des chiens dressés contre eux.

Au moins six manifestants ont été violemment mordus et plus de 30 autres ont été aspergés de gaz au poivre au visage.

Le pipeline de 1.100 miles (1.770 km) de long est un projet de $3,7 milliards et serait le premier à transporter du pétrole brut du site de schiste de Bakken, une vaste formation de pétrole au Dakota du Nord, vers les raffineries de la Côte du Golfe aux États-Unis.

 

————————————————-

[PressTV, 7 9.2016]

[Traduction Alexandre MOUMBARIS

relecture Marie-José MOUMBARIS]


En solidarité avec Standing Rock, la clémence de l’exécutif et la Lutte autochtone internationale

http://www.counterpunch.org/2016/09/16/on-solidarity-with-standing-rock-executive-clemency-and-the-international-indigenous-struggle/

Nation sioux

Mes sœurs et frères je vous salue

On m’a demandé d’écrire une déclaration de SOLIDARITÉ pour tous ceux qui participent aux manifestations du Camp des Pierres Sacrées sur Standing Rock. Merci pour ce grand honneur. Je dois avouer qu’il m’est très difficile d’entamer cette déclaration. J’ai les larmes aux yeux, mon cœur se gonfle de fierté, alors que des frissons montent et descendent le long de mon cou et de mon dos. Je suis tellement fier de vous, les jeunes, et les autres personnes qui sont là.

Je suis reconnaissant d’avoir survécu pour voir la renaissance unie et invaincue de la nation Sioux à Standing Rock, résistant au conduit empoisonné qui menace la source d’où naissent les fleuves Missouri et Mississippi. C’est un honneur d’être en vie pour voir cela se produire avec vous les jeunes. Vous n’êtes rien de moins qu’impressionnants à mes yeux.

Ces 40 années ont été pour moi une longue et difficile route, encagé par un système inhumain, pour un crime que je n’ai pas commis. Je n’aurais pas pu survivre physiquement ou mentalement sans votre soutien, et je vous en remercie du fond du cœur et des profondeurs de mon âme de m’avoir encouragé à supporter et maintenir une résistance spirituelle et légale.

Nous arrivons maintenant à la fin de cette route. Nous arriverons bientôt à une destination qui, au moins en partie, aura été déterminée par vous. Dans la lignée de ce que Martin Luther King avait dit peu avant son décès: Il se peut que je n’arrive pas avec vous, mais je ne peux qu’espérer et prier pour que ma vie, et si nécessaire ma mort, fassent que mes peuples autochtones progressent vers la Terre Promise.

Je ne fais pas ici référence à la Terre Promise de la Bible chrétienne, mais aux promesses modestes des Traités obtenus par nos ancêtres de ces ennemis résolus à les détruire, pour nous permettre de survivre en tant que peuples distincts et vivre dignement. Nos anciens connaissaient la valeur des mots écrits et des lois de l’homme blanc, de même ils savaient jusqu’où les envahisseurs iraient pour essayer de les contourner.

Nos ancêtres n’ont pas bénéficié de ces Traités, mais ils ont habilement et de manière persistante, négocié les meilleurs termes possibles de manière à nous protéger des guerres qui finiraient par notre destruction, en dépit du courage et de l’efficacité avec lesquels nous nous battrions. Non, les Traités étaient à l’avantage des Étasuniens, cette nation parvenue avaient besoin des Traités pour appliquer un vernis de légitimité à sa conquête de la terre et sa rébellion contre ses propres compatriotes et leur roi.

Il convient de noter que Standing Rock était le site de la conférence en 1974 du Mouvement autochtone international qui s’est propagé à travers les Amériques et au-delà ainsi que le point de départ de la Déclaration des droits des peuples autochtones des Nations Unies (DDPA). Celle-ci a été combattue par les États-Unis durant trois décennies, jusqu’à son adoption par l’ONU en 2007. Les États-Unis étaient l’un des quatre pays à voter contre la ratification, le président Obama a considéré la Déclaration comme un document ambitieux et sans caractère contraignant au regard du droit international.

Alors que certains des leaders de ce mouvement sont des anciens combattants de la résistance à Pine Ridge des années 1970, ils partagent la sagesse de nos anciens en percevant le symbolisme moral et politique que la manifestation pacifique d’aujourd’hui est aussi nécessaire pour nous que pour les habitants de Pine Ridge des années 1970. L’occupation des 71 jours deWounded Knee a pris fin sur un accord d’enquêter à propos des droits de l’Homme et des violations de Traités. Cette enquête et cette promesse n’ont jamais vu le jour ni été honorés par les États-Unis. L’accord de Wounded Knee devrait être honoré par une Commission de vérité et de réconciliation créée pour examiner soigneusement le rôle du gouvernement étasunien lors du«règne de la Terreur» à Pine Ridge dans les années 1970. Ce projet devrait être coordonné en coopération avec de nombreuses organisations internationales des droits de l’Homme qui appellent pour ma libération immédiate et inconditionnelle depuis plus de quatre décennies.

Je dois vous mettre en garde vous les jeunes, soyez prudents, car vous avez à faire à un groupe de personnes très malfaisant, dont le seul souci est de se remplir les poches avec encore plus d’or et de richesse. Ils n’ont rien à faire de combien d’entre vous ils auront à tuer ou enterrer dans une cellule de prison. Ils ne se soucient pas si vous êtes un jeune enfant ou une vieille grand-mère, et il vaut mieux que vous soyez avertis qu’ils recrutent dans nos propres rangs pour faire des délateurs et des traîtres. Ils se serviront des ivrognes, des drogués et des agresseurs d’enfants. Ils prennent pour proies nos vieux et nos enfants; ils recherchent les personnes faibles d’esprit. Vous devez vous rappeler qu’il vous faudra être très prudents vis-à-vis des fausses accusations contre des personnes fondées sur des opinions personnelles plutôt que sur des preuves. Soyez astucieux.

Je demande à tous ceux qui me soutiennent et à mes alliés de se joindre à la lutte à Standing Rock dans un esprit de résistance spirituelle pacifique et de travailler ensemble pour protégerUnci Maka, Grand-mère Terre. Je demande aussi à ceux qui me soutiennent et tous ceux qui partagent cette Terre de s’unir pour obliger les États-Unis à se conformer et à honorer les dispositions du Droit international tel qu’il est exprimé par la DDPA des Nations Unies, les Traités internationaux des droits de l’Homme et les Traités longtemps négligés ainsi que les accords de confiance avec la nation Sioux. Je lance un appel particulier à Jill Stein et aux Partis verts des États-Unis et du monde de se joindre à cette lutte en demandant ma libération et l’adoption de la DDPA comme nouveau cadre juridique pour les relations avec les peuples autochtones.

Finalement, j’exhorte aussi mes soutiens d’en appeler immédiatement et urgemment au président Obama d’approuver ma demande de clémence, et de me permettre de vivre mes dernières années dans la réserve de Turtle Mountain. Des savants, dirigeants locaux politiques, humanitaires et lauréats Nobel de la Paix demandent ma libération depuis plus de quatre décennies. Ma pétition de clémence s’adresse au président Obama pour qu’il commue ou mette un terme maintenant à mon emprisonnement de manière à ce que notre nation puisse progresser vers le rétablissement de ses relations fracturées avec les communautés autochtones. En confrontant les injustices du passé ensemble, nous pouvons construire un avenir meilleur pour nos enfants et les enfants de nos enfants.

Encore une fois, mes sincères remerciements à vous tous pour avoir travaillé ensemble pour protéger l’eau. L’Eau c’est la Vie.

Dans l’esprit de Crazy Horse,

Doksha

Leonard PELTIER

16 septembre 2016

 

————————————-

[Counterpuch, 16.9.2016]

Traduction Alexandre MOUMBARIS

relecture Marie-José MOUMBARIS]


LE PRESIDENT DU SENEGAL AUTORISE LA MANIFESTATION, MAIS ARRÊTE LE PORTE PAROLE DU COLLECTIF NON AUX APE LIBEREZ GUY MARIUS SAGNA

Ce jeudi 22 septembre le premier ministre Français, Manuel Vals, s’est rendu au Sénégal en visite officielle.

Le mouvement NON aux APE (accords de partenariat économique) appellait à manifester à cette occasion et en a informé les autorités compétentes conformément à la constitution sénégalaise. Ce droit constitutionnel a été accordé par l’Etat du Sénégal.

Mais alors que le porte parole de ce mouvement social et citoyen, Guy Marius Sagna, accordait une interview à la presse pour expliquer la nécessité de manifester pour dénoncer la présence au Sénégal du premier ministre de l’impérialisme Français, principal instigateur de ce diktat socialement et économique ravageur pour le pays et les travailleurs paysans notamment.

Voilà que la police de l’apprenti dictateur président du Sénégal, M. Macky Sall, débarque et empoigne violemment le porte parole du mouvement NON aux APE, l’embarque de force, le menotte et le met en garde à vue.

Il est encore ce soir détenu au commissariat de police du Point E.

Et pourtant le président Français, François Hollande, vient de déclarer à propos du Traité Transatlantique libéral (TAFTA ou TTIP) entre l’UE et les USA : « Les discussions en ce moment-même sur le traité entre l’Europe et les États-Unis ne pourront pas aboutir à un accord d’ici la fin de l’année. […] La France préfère regarder les choses en face et ne pas cultiver l’illusion qui serait celle de conclure un accord avant la fin du mandat du président des États-Unis » (mondialisation.ca, 1er septembre 2016). Et que le Secrétaire d’état Français chargé du commerce a précisé : « Il n’y a plus de soutien politique de la France à ces négociations », « Les Américains ne donnent rien ou alors des miettes […] Ce n’est pas comme ça qu’entre alliés on doit négocier » (idem).

En somme ce qui est valable pour les prédateurs impérialistes Français n’est pas valable pour les Africains ainsi condamnés à subir le vol à main armée des Multinationales de l’UE.

C’est contre cela que le mouvement Non aux APE appellaient à manifester, c’est pour dénoncer la duplicité de Manuel Vals et la servilité de Macky Sall que Guy Marius Sagna est arrêté.

Le Collectif Afrique appelle à l’envoi massif des protestations contre cette atteinte liberticide au droit de manifester et ce diktat tyrannique néocolonial du couple Hollande/Vals sur le Sénégal et son peuple.

Adresses:

Écrire une lettre au président – Macky Sall (Sénégal) – Monsieur le …

mr-president.info/fr/sendletter/all/Macky%20Sall

Présidence de la République du Sénégal | Facebook

https://fr-fr.facebook.com/Présidence-de-la-République-du-Sénégal

Macky SALL | Facebook

https://fr-fr.facebook.com/prmackysall/?ref=nf

 


L’appel à la raison Valentin Martin et Jacques Maillard membres du Bureau national du Comité Valmy

L’appel à la raison

« La France est en guerre », « les jeunes Français doivent s’habituer à vivre avec le terrorisme ». Terreur et guerre, sur fond de crise économique, voici le noir tableau dans lequel Président de la République et Premier ministre entendent nous plonger durablement. Récemment Emmanuel Macron a jugé que la société française, trop fermée, « portait une part de responsabilité dans les tueries ».

Ce n’est pas la première fois que dans l’histoire du peuple français que despotes, traîtres et tyrans mus par leur rapacité et leur démesure l’entraînent dans des catastrophes. Mais à chaque fois, le peuple a su traverser ces épisodes douloureux et se relever grâce à une arme redoutable qui le caractérise : la raison.

Cette raison, si bien défendue par Rabelais, Descartes, Diderot et tant d’autres Français, lui a permis de défendre ses propres intérêts et de sortir vainqueur et uni de nombreux tourments passés : guerres civiles, guerres de religion, invasions ou occupations. Les révolutionnaires de la Première République firent même de la Raison le socle de leurs actions.

Aujourd’hui alors que les passions, maquillées en « identités », se déchaînent du Nord-Pas-de-Calais à la Corse, et que le piège de la haine semble se refermer sur le peuple français, il nous faut à nouveau faire appel à la raison, faire appel à sa raison.

La raison, c’est tout d’abord exercer la volonté du peuple en restaurant la primauté de la loi et les principes de la république. Cela exige la reconquête de la souveraineté, par la sortie de l’UE, de l’OTAN, et du TAFTA en gestation. En effet, le mépris de la loi manifeste un pourrissement général de la société, depuis le climat d’impunité pour les délinquants dénoncé par le général Soubelet, jusqu’aux cercles dirigeants qui de fraudes en hautes trahisons, ne cachent plus leur irresponsabilité et leur immunité.

Cette libération ne sera possible que si les Français parviennent à réaliser un compromis historique entre des intérêts divergents pour lutter contre un ennemi commun, comme le firent les membres du Conseil National de la Résistance.

La raison c’est ensuite défendre sa propre qualité de vie, comme le préconisait le CNR dans son programme « Le Retour des jours heureux ». Il s’agit de favoriser le progrès interne du pays face au modèle de l’expansion impérialiste. Le modèle du développement international prôné par les multinationales et la haute finance est en contradiction ouverte avec une tradition française du développement économique. Il entraîne appauvrissement, violences et régression technique.

Depuis le XVI eme siècle la France hésite entre la politique de croissance externe, promue par divers milieux intellectuels, d’affaires, militaires et religieux (colonies, extensions guerrières, agressivité mercantile, rapines et prédations diverses pour survivre…) et la politique de croissance interne (grands travaux d’aménagements, manufactures, urbanisme, instruction populaire…) pour, notamment, satisfaire aux besoins du « pauvre peuple » (Vauban). Le modèle de croissance externe fut mis en place par les autres puissances européennes. Colbert chercha à retrouver une indépendance financière et à rendre la balance commerciale excédentaire en substituant les importations par des productions nationales. Vauban tout en fortifiant les frontières du pays a encouragé le développement de l’agriculture, de l’industrie, des transports.

Le projet communiste du « socialisme dans un seul pays » consiste à développer l’économie nationale pour et par le peuple. Hitler, quant à lui, dans Mein Kampf prône le « développement colonial et commercial » et rejette « le modèle français » ou russe de développement interne, fondé sur le progrès technique et social et sur la maîtrise de la natalité. Hitler écrit que « la nature ne connaît pas de frontières politiques ». Seul ce développement interne, autrefois mis en place par les gaullistes et les communistes, permettra de renouer avec la prospérité des Trentes Glorieuses, et d’éviter les pièges des aventures coloniales et impériales promues par une partie de l’élite française.

Cette réindustrialisation ne peut se faire que grâce à un Etat prenant le contrôle et la propriété des secteurs stratégiques de l’économie, et planifiant les efforts des grandes, petites et moyennes entreprises. Le développement des technologies de pointe (nucléaire, automatisation…) permet d’éviter d’avoir recours au pillage de matières premières et de main d’oeuvre. Les auteurs et profiteurs du bradage des biens de l’Etat doivent être traduits en justice.

La raison, c’est aussi vivre en paix avec ses voisins. Le développement interne s’accompagnant généralement d’un commerce gagnant-gagnant réduit le risque de conflit, alors que les politiques coloniales engendrent, elles, pillages, et souvent représailles et terrorisme. Cette politique anti-coloniale exige la sortie de l’UE et de l’OTAN. Le même Hollande qui déclare que « la France est en guerre » répète que « l’Europe c’est la paix », alors qu’aujourd’hui la guerre fait rage à l’est comme au sud de l’Europe (Ukraine, Syrie, Libye), et qu’elle a fait rage en son sein même (Yougoslavie). La position de la France au conseil de sécurité de l’ONU, sa force de dissuasion, et sa présence géographique mondiale lui permettent d’appuyer cette politique de paix. Il faut lever les sanctions envers la Russie, renouer avec la « politique arabe » française et rétablir les relations diplomatiques avec la Syrie. Les responsables de ces guerres criminelles, y compris les dirigeants français de l’époque, devraient pouvoir répondre de leurs actes devant la justice. Cette politique de paix doit se faire sans naïveté, en gardant la possibilité de se protéger contre les actions des puissances hostiles (agents, espions, propagandistes, financements toxiques, sabotage).

La raison, c’est enfin être en mesure de refuser toute forme d’aliénation, qu’elle soit d’ordre économique, culturelle ou religieuse. Le modèle de consommation imposé par les Etats-Unis d’Amérique et reproduit dans l’Union Européenne favorise toutes sortes d’addictions et de dépendances, légales ou illégales. Le préalable pour pouvoir vendre n’importe quoi, à n’importe qui, est la destruction de la culture, scientifique, littéraire et artistique. Le but est d’empêcher le marché de consommateurs ciblé de créer ses propres biens de consommation, mais aussi de détruire toute forme de goût et d’esprit critique. Sur le plan de la pensée, la destruction de la raison favorise le pouvoir de toutes sortes de marchands de bonheur, imposteurs, charlatans, clercs et autres gourous, dont on mesure aujourd’hui tout le pouvoir de nuisance.

La reconstruction de l’Education nationale doit à ce titre être une priorité. L’approche morale du savoir doit être définitivement remplacée par une approche rationelle. Il faut réapprendre à parler, lire et écrire le français. La langue française doit être rétablie partout en France comme langue de travail, notamment dans les entreprises, la recherche, l’enseignement supérieur et l’armée. Il faut restaurer les heures supprimées des disciplines littéraires, scientifiques et artistiques. L’histoire doit enseigner les faits au lieu d’enseigner les idéologies et le « fait religieux ». Les sciences doivent enseigner les lois de la nature, avant d’enseigner le respect de la nature etc.

En plus de former des travailleurs et des citoyens en mesure de faire prospérer une société indépendante, cet esprit rationnel seul est à même de lutter contre le fanatisme et la barbarie. Il est aussi ce qui a fait et continue de faire la force et le prestige de la France dans le monde. Il est ce qui lui donne tant d’admirateurs au sein des peuples, mais aussi ce qui lui donne un certain nombre de farouches ennemis au sein des oligarchies les plus réactionnaires, dont la nôtre.

Finalement pour le peuple de France, faire appel à la raison c’est appeler à l’union pour reconstruire une république française une, indivisible, souveraine, prospère et pacifique.

19 septembre 2016

Valentin Martin et Jacques Maillard,
membres du Bureau national du Comité Valmy

Mise en ligne 19 septembre 2016


Ape, franc CFA, ingérences au Gabon

APE, Franc CFA, ingérences au Gabon : Nous déclarons Manuel Valls indésirable au Sénégal Marche de protestation le 22 septembre 2016

 

APE, Franc CFA, ingérences au Gabon : Nous déclarons Manuel Valls indésirable au Sénégal Marche de protestation le 22 septembre 2016

 

 

Le premier ministre français Manuel Valls sera en visite officielle au Sénégal le 22 septembre 2016. Cette visite fait suite à celle de Sapin et de Le Foll ministres français. Elle s’effectue dans un contexte de crise économique en France et dans les autres pays de l’UE, et de crise électorale au Gabon.

Cette crise économique des pays de l’UE est illustrée par la crise du lait en France dont la solution réside dans l’application forcée de l’APE aux peuples africains déjà exsangues.

Cette crise électorale au Gabon se déroule dans un contexte notamment marquée par le fait que le Cameroun est le seul pays de l’Afrique centrale à avoir signé et ratifié l’APE. Ce dernier a d’ailleurs déjà perdu plus de 50 millions de franc CFA en un mois d’application de l’APE.

La Coalition Nationale NON aux APE déclare le premier ministre de France Manuel Valls indésirable au Sénégal.

Ce Manuel Valls premier ministre d’une France qui dans le cadre de l’Union Européenne veut imposer aux ACP les APE qui sont pires que TAFTA, révélant ainsi toute sa duplicité est indésirable au Sénégal. Rappelons que Manuel Valls a dit le 26 juin dernier, parlant du TAFTA, « dorénavant, aucun accord de libre-échange ne doit être conclu s’il ne respecte pas les intérêts de l’Union. L’Europe doit être ferme. La France y veillera. Et moi je vous le dis franchement, il ne peut pas y avoir d’accord de traité transatlantique. Cet accord ne va pas dans le bon sens ».

Ce Manuel Valls, premier ministre d’une France qui opprime nos peuples à travers le lien de sujétion qu’est le Franc CFA est indésirable au Sénégal.

Ce Manuel Valls, membre d’un parti, le parti socialiste (PS) du président Hollande, qui poursuit la politique d’annexion et d’ingérence impérialistes dans les affaires intérieures des pays africains connue sous la tristement célèbre dénomination de Françafrique est indésirable au Sénégal. Le PS français s’est fendu d’un communiqué, avant la proclamation des résultats, disant : « voilà plus d’un demi-siècle que la famille Bongo gouverne le Gabon. Une alternance serait signe de bonne santé démocratique et un exemple ».

C’est pourquoi, la Coalition Nationale NON AUX APE va organiser, avec d’autres organisations opposées au franc Cfa, et pour un panafricanisme des peuples, une marche pacifique de protestation contre :

– les Accord de Partenariat Economique Union européenne-ACP

– le Franc CFA

– les ingérences inacceptables de pays comme la France dans les affaires africaines et en solidarité au peuple frère du Gabon

La marche aura lieu le jeudi 22 septembre 2016, le jour où Valls doit arriver à Dakar, à partir de 17 heures de la place de l’obélisque au rond point de la RTS pour protester contre les politiques que symbolise Manuel Valls.

 

Dakar, le 19 septembre 2016