Zou’bi, Chaabane et Miqdad s’en prennent à la décision américaine sur l’armement de l’opposition

Genève-envoyé de Sana,  l’Agence Arabe Syrienne d’Informations

Le ministre de l’Information, Omran al-Zoubi, a déclaré que la décision des États-Unis d’armer les groupes terroristes constitue constitue un recul de la solution politique.

Dans des déclarations à la presse faites aujourd’hui, al- Zou’bi se demandait: « Comment la position des États-Unis serait-elle un appui à Genève 2 et en faveur d’une solution politique alors qu’elle soutenait en même temps le terrorisme, la violence et l’option militaire ? »

« Quand nous sommes arrivés à la solution politique, nous étions conscients que les Etats-Unis n’arrêteront pas l’armement et que leurs subordonnés dans la région, y compris la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Jordanie ne cesseront pas l’envoi des armes et des terroristes et l’établissement des camps d’entraînement. Malgré cela, nous sommes toujours ouverts à la discussion politique et nous n’avons aucun scrupule à discuter toute question », a-t-il dit.

Le ministre a souligné que la délégation officielle syrienne a proposé un communiqué, via l’envoyé de l’ONU pour la Syrie Lakhdar Brahimi, pour condamner la décision des États-Unis d’armer le groupe terroriste surnommé «opposition syrienne », mais la délégation de la coalition a rejeté cette proposition.

Il a fait noté que le rejet par la coalition a été direct comme d’habitude, car elle ne veut pas condamner l’armement des terroristes et le rôle des États-Unis, tout comme elle avait refusé le communiqué politique présenté hier par la délégation officielle syrienne sans le lire, ajoutant que  » si elle avait lu, elle aurait découvert que ses articles sont inclus dans la déclaration de Genève I.

M. Zou’bi a indiqué que le communiqué politique présenté ne substitut pas la déclaration de Genève I mais elle sert de base pour un processus politique, précisant que si la coalition aurait accepté et signé la déclaration d’hier beaucoup de choses seraient changés, vu que ce document est une partie des constantes nationales du peuple syrien tout entier.

Le ministre syrien a ajouté que la délégation officielle syrienne reste à Genève et essayera constamment avec tous les outils possibles et disponibles à changer en faveur des intérêts de l’Etat syrien et à dévoiler au monde la réalité de ce qui se déroule en Syrie, précisant que les mass médias hostiles ont commencé à changer leurs points de vue et à poser de nouvelles questions avec un nouveau langage.

Chaabane affirme que la décision américaine vise à torpiller la conférence de Genève II

La conseillère politique et médiatique à la Présidence de la République, Mme Boutheina Chaabane, a déclaré que la position des États-Unis sur l’armement de l’opposition se contredit avec les efforts déployés par la Russie et la communauté internationale pour le lancement de la conférence de Genève II.

Mme Chaabane a indiqué que cette décision vise à encercler le processus politique, à torpiller la conférence de Genève II et à faire pression sur la délégation officielle, précisant que les Etats-Unis parlent d’une langue avec la Russie au sujet de la Syrie alors qu’ils procèdent à des actes contraires à ses paroles.

Mme Chaabane a réfuté les allégations américaines sur les présumées « armes non létales », précisant que toutes les armes arrivées aux terroristes sont létales et parviennent aux organisations de /l’Etat islamique en Irak et au Levant/ et au /Front al-Nosra/.

Chaabane a précisé que ceux qui prétendent qu’ils sont des Syriens et soucieux des intérêts du peuple syrien appuient la décision de ll’envoi des armes en Syrie et défendent la décision américaine qui constitue une intervention flagrante dans les affaires du peuple syrien.

Mme Chaabane a indiqué que le premier point de l’accord doit être l’arrêt de l’effusion du sang et du terrorisme en Syrie, précisant que la délégation officielle restera à Genève jusqu’à vendredi prochain quoi qu’il arrive et déploiera tout effort pour l’arrêt du terrorisme et le retour de la sécurité en Syrie.

De même, Chaabane a affirmé que les Etats-Unis réalisent que les pas pris par eux sur la reprise de leur soutien aux groupes terroristes armés en Syrie nuit au processus politique de la conférence de Genève II.

Dans des déclarations médiatiques faites à la chaîne américaine CNN, à la chaîne vénézuelienne « Télésior » et à l’agence de presse « Reuters », Chaabane a fait savoir que la délégation de la République Arabe Syrienne avait présenté, lors de la séance matinale, un communiqué, dans lequel elle a appelé la délégation de la coalition surnommée « opposition » à condamner l’armement par les Etats-Unis des groupes terroristes armés, mais la délégation de la coalition l’avait refusé, ce qui révèle que les US n’est pas concernés par la mise d’un terme à la crise.

Répondant à une question sur l’annulation de la séance du soir, Chaabane a indiqué que Brahimi avait demandé de suspendre ladite séance car la délégation de « la coalition » a besoin du temps pour organiser ses idées et se préparer aux séances du lendemain, affirmant que la délégation officielle est tout-à-fait prête et n’a pas besoin de temps.

La conseillère a fait noter que la délégation de la coalition représente les forces extérieures qui interviennent dans les affaires syriennes.

« La délégation de la coalition surnommée « Opposition » est confondue et ne comprend pas pourquoi elle est à Genève », a assuré Chaabane qui a souligné que la délégation officielle syrienne réalise bien ce qu’elle veut, à savoir l’arrêt de l’effusion du sang en Syrie.

« La délégation officielle ne se retirera pas des pourparlers et elle ne se lassera jamais car elle représente le peuple syrien qui est lassé de cette guerre.

Questionnée sur la tenue des contacts directes avec l’Arabie Saoudite, le Turquie et le Qatar pour mettre fin à l’armement des groupes terroristes armés, Chaabane a dit  » Ces pays ne veulent pas parler avec nous, et refusent de reconnaître qu’ils soutiennent le terrorisme et les terroristes ».

Répondant à une question s’il y a un espoir quant aux discussions, Chaabane a assuré qu’en dépit de toutes les difficultés, la délégation officielle syrienne continuera à essayer de faire réussir la conférence de Genève même si cela est pour sauver la vie d’un seul citoyen syrien.

Sur la participation de l’opposition aux élections, Chaabane a indiqué que toute personne, de n’importe quelle partie, soit à l’intérieur ou à l’extérieur, a le droit de participer aux élections, ajoutant que le problème réside dans le fait que cette opposition veut entrer dans le pays à travers les Etats Unis et sans une décision du peuple syrien qui a seul le droit d’élire quiconque.

Al-Miqdad : La décision des Etats-Unis vise à mettre en échec la conférence de Genève II

Pour sa part, le vice-ministre des Affaires étrangères et des expatriés, Fayçal al-Miqdad, a affirmé que la décision des Etats-Unis sur l’armement des groupes terroristes en Syrie est le cadeau offert à la conférence de Genève II pour la mettre en échec.

Dans des déclarations à la presse faites, il a assuré que c’est à la communauté internationale de décider qui soutient le terrorisme et qui veut mettre en échec ou assurer le succès de la conférence, faisant savoir que la délégation de la République arabe syrienne travaille jour et nuit pour faire réussir la conférence de Genève II et surmonter les obstacles qui l’entravent.

Al-Miqdad a, de même, expliqué que la délégation de la coalition surnommée « opposition  » avait refusé le projet de communiqué présenté par la délégation officielle syrienne en condamnation de la décision des Etats-Unis sur l’armement des groupes terroristes.

Il a, en outre, souligné que la délégation de la coalition avait rejeté le communiqué politique présenté hier par la délégation syrienne, parce qu’elle refuse l’unité des territoires et du peuple syriens et soutient Israël.

Sur un autre plan, al-Miqdad a signalé que ceux qui réclament le départ du président Bachar al-Assad proposent une recette pour la destruction de la Syrie, assurant que le maintien du président al-Assad au pouvoir en Syrie est le seul facteur qui assure et garantit la solution pacifique de la crise et qui réalise la paix et la sécurité en Syrie.

Et al-Maqdad de poursuive : Le président al-Assad n’a pas besoin de la protection d’une partie quiconque, car c’est lui-même qui protège la Syrie.

En ce qui concerne le sujet des personnes séquestrées dans la veille ville de Homs, al-Miqdad a affirmé que le gouvernement suit les détails de ce sujet et qu’il est prêt à accueillir tous les enfants et les femmes, faisant savoir que les convois transportant les denrées et les médicaments ont été envoyés à 4 milles personnes au cours de la dernière période. « Mais le sujet de faire entrer ces aides, notamment dans la veille ville de Homs, a besoin du retrait des groupes terroristes armés, pour que le gouvernement puisse fournir tout ce qui est nécessaire aux civils.

Dans ce contexte, al-Miqdad a rappelé le ciblage des convois des aides envoyés au camp de Yarmouk, réaffirmant que le gouvernement syrien est capable de fournir les aides humanitaires à toutes les zones en Syrie.

Par ailleurs, il a précisé que le gouvernement syrien refuse d’accuser les enfants d’être des « terroristes » et les lois en Syrie prohibent de les utliser dans les actes armés, « mais ce sont les groupes terroristes qui les recrutent », a-t-il indiqué.

Sur les pourparlers de Genève, al-Miqdad a expliqué qu’ils n’étaient pas suspendus mais qu’ils seront repris demain matin, via l’émissaire onusien pour la Syrie Lakhdar Brahimi.

Il a, de même, nié que la délégation de la coalition avait présenté une feuille concernant l’avenir de la Syrie, assurant que tout ce qu’a fait la coalition est de rejeter la déclaration politique présentée par la délégation officielle syrienne, car elle ne veut pas l’unité des territoires et du peuple syriens, elle accepte l’ingérence dans les affaires intérieures syriennes et soutient le terrorisme et /Israël/.

Al-Miqdad a fait savoir que la feuille présentée par la délégation officielle syrienne est celle de principes qui stipule l’unité des territoires de la Syrie et de son peuple et le refus du terrorisme et de l’ingérence étrangère en Syrie.

En réponse à une question posée par l’envoyée de SANA sur la présence de l’ambassadeur américain Robert Ford à Genève, al-Miqdad a dit : L’ambassadeur américain existe à Genève, rencontre la délégation de la coalition et lui fournit ses directives, et si Ford aurait quitté Genève la coalition va le faire.

Bulletin français

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s