Tumulte en Crète contre les déchets toxiques syriens

Grèce—Méditerranée

Non à l’enfouissement en Crète des armes chimiques syriennes

Les Crétois exigent que l’inerte présidence grecque, protège leur pays.

Des manifestations massives contre la catastrophe écologique de la Méditerranée.

Les habitants de Crète enverront depuis le monastère historique d’Arkadi, leur prochain message massif contre la destruction des armes chimiques syriennes en Méditerranée. Dans leur collimateur sont les ministres du gouvernement qui par la… tiédeur de leur attitude, laissent la porte ouverte à une incalculable catastrophe écologique.

Plus de 70 organisations, des centrales de travailleurs, des scientifiques, des sections syndicales, des municipalités et des associations de parents d’élèves, de l’île demandent aux ministres des Affaires étrangères, Évangelos Venizélos, et de l’Environnement, Yannis Maniatis, d’exercer l’autorité investie à la présidence grecque de l’Union européenne, pour opposer son veto à l’ensemble du processus de destruction de l’armement chimique syrien imposé par les Étasuniens. Les habitants de Crète exigent la protection complète de leur pays et de leur région, située au plus près du lieu choisi pour réaliser l’hydrolyse en mer de ces dangereuses cargaisons. Particulièrement les habitants de la ville de Gavdos, située dans la partie la plus méridionale de l’Europe, ont déjà annoncé leur intention de s’abstenir aux élections européennes, envoyant ainsi un message clair sur les conséquences néfastes pour la mer, la santé et l’économie locale, d’un éventuel accident dans le processus de destruction des armes chimiques.

 

Souda «a coulée»

Depuis le port de Souda, dimanche dernier, sous une pluie battante, plus de 3.000 personnes ont envoyé le même puissant message. En autobus et en voitures privées ils sont arrivés non seulement du port commercial de Khaniá mais aussi de Réthymnon, de Héraklion et d’autres régions de Crète, répondant à l’appel des organisations et des collectifs qui s’opposent à l’imminent processus dangereux d’hydrolyse en mer des armes chimiques. Les représentants de la Coordination des organisations ont dénoncé le silence coupable du gouvernement et des mass media nationaux sur cette question extrêmement grave.

«Nos partenaires de l’Union européenne nous veulent comme parents pauvres. Ils essaient de minimiser ce grave problème, alors que d’autres pays comme l’Albanie et l’Allemagne ont refusé catégoriquement que l’on détruise sur leur territoire ces armes chimiques. La Grèce est de nouveau prête à mettre en danger la vie de ses citoyens. Dans le cadre mis en place par la troïka et les prêteurs, le silence est aussi imposé à ce propos à notre gouvernement. «Les seuls qui ne se laisseront pas réduire au silence sont les citoyens de Crète», a affirmé au nom de la Coordination, le président du Centre de main d’œuvre d’Héraklion, Socrate Vardakis. D’après ce que nous savons à ce jour, le processus de destruction des armes chimiques prévoit l’hydrolyse en mer, sur le navire étasunien Cap Ray,dans les eaux internationales à l’ouest de la Crète, entre l’Italie, Malte et la Libye. Les scientifiques spécialistes de la question en Crète parlent d’une énorme catastrophe au cas où il y aurait une fuite en mer de gaz sarin ou de gaz moutarde, avec des conséquences qui ne se limiteront évidemment pas à la zone où la fuite se produira.

La Région de Crète a protesté contre le manque total d’informations et a déjà envoyé une requête exigeant que l’ensemble du processus soit surveillé par des scientifiques grecs, observateurs abord du navire étasunien.

 

—————————————————

[Δρόμος, 15 mars, 2014]

[Traduction Alexandre MOUMBARIS, correction Marie-José MOUMBARIS]

 

– Voir sur le même thème les dossiers du BIP, n°158 de février 2014, page 4, La Méditerranée, poubelle des Nations Unies

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s