Missiles stratégiques russes : la mobilité, le meilleur gage de fiabilité

LA VOIX DE LA RUSSIE, 2/09/2014

Les forces de missiles stratégiques de Russie se distinguent de tous les autres types de forces militaires par leur fonction.

 

Elles ne doivent pas participer aux combats tout en étant toujours prêtes à intervenir. La guerre pour laquelle se préparent les forces de missiles stratégiques est la pire de toutes les guerres : une guerre mondiale des missiles nucléaires. La logique impitoyable des forces de dissuasion nucléaire nécessite le maintien en permanence de la préparation au combat des ces forces. Et aujourd’hui, ces forces militaires sont en train de se renouveler, comme les autres forces de la triade nucléaire.

En évoquant les composantes des forces de missiles stratégiques, il faut notamment souligner que le renouvellement du potentiel de cette catégorie des forces militaires est principalement dû à la contribution de l’Institut de technologie thermique de Moscou, et de l’usine d’armement de Votkinsk, le concepteur et fabricant des missiles intercontinentaux Topol, Topol-M et Iars.

Lorsqu’en 1997 la production de missiles Topol-M a été lancée dans leur version ensilée, il est devenu évident que ces missiles allaient devenir la base des forces de missiles stratégiques, aux côtés des systèmes Iars. Ce sont les versions mobiles on ensilées de ces armes qui sont considérées comme les plus prometteuses. Toutefois les versions mobiles n’assuraient pas une bonne protection contre des missiles de haute précision. En outre, les Topol-Mn’arrivaient plus à assurer une destruction complète avec une seule charge. Surtout dans le cas d’une première frappe de l’ennemi et le déploiement d’un système antimissile, capable d’intercepter les porteurs restés intacts après cette frappe. Le système Iars a permis de résoudre ce problème grâce à sa mobilité et le fait que les missiles peuvent porter des charges multiples. Ce qui garantit, avec l’ensemble des moyens de percée de la défense antimissile qu’au moins une partie des charges atteindra la cible.

La division Teïkovskaïa fut la première à être équipée de ces systèmes nouveaux. Elle a reçu des Topol-M mobiles et deux systèmes Iars, disposant de 36 lanceurs et de 70 ogives.

L’importance des systèmes mobiles a considérablement augmenté dans l’arsenal des forces de missiles stratégiques, lorsque l’accord START-3, signé par Barack Obama et Dmitri Medvedev, a supprimé les restrictions sur les zones de déploiement des systèmes mobiles. Il est impossible de prédire d’où sera effectué le lancement, ce qui complique aussi la détection et l’interception des missiles tirés. La mobilité est devenue aujourd’hui la protection la plus fiable pour ces systèmes.

Au cours des 10 prochaines années, les Iarsdevraient entièrement remplacer les systèmesTopol. Si cette mission est accomplie, le programme minimum des Forces de missiles stratégiques dans le contexte de déploiement des systèmes de défense antimissile américains sera réalisé. Quant au programme maximum, il ne dépend pas uniquement des moyens qui sont déployés pour les forces nucléaires stratégiques. Ces systèmes ont également besoin d’une protection. Il faut commencer par créer aujourd’hui des zones protégées, qui seront couvertes par le système de défense aérospatiale. A l’intérieur de ces zones, les systèmes de missiles mobiles seront entièrement protégés d’une attaque brusque. En tout 190 à 200 systèmes Iars devraient doter d’ici 2020 les forces armées russes, remplaçant ainsi les 170 missiles RS-12M Topol fabriqués dans les années 1980-1990. Ces nouveaux systèmes devraient également assurer des lancements de test et de formation. Seuls 70 missiles Topol-M resteront actifs au sein des forces militaires russes, fabriqués dans les années 1997-2011. Une partie de ces missiles sera utilisée pour le lancement dans le cadre des travaux visant d’allongement de la durée de service.

Mais avec la perspective de sortie des missiles dotés de propulseurs à carburant liquide des forces stratégiques ne convient pas à tout le monde. C’est pourquoi un projet d’un nouveau missile à carburant liquide a été élaboré. Conçu pour remplacer les RS-20 Voïevoda, la production sera lancée d’ici la fin de 2014.

Les missiles intercontinentaux balistiques ensilés ont constitué pendant très longtemps la base des forces nucléaires de l’URSS. Mais aujourd’hui, ils jouent encore un rôle important dans l’arsenal nucléaire de la Russie. Le retrait progressif de ces missiles du service suite à l’usure est l’une des principales raisons du déclin du potentiel nucléaire de la Russie. Jusqu’à récemment, seul les Topol-M composés d’un seul bloc, étaient considérés comme l’alternative pour compléter les forces stratégiques. Ils ont été ensuite partiellement remplacés par les Iars,mais ils ne sont pas suffisamment nombreux pour remplacer entièrement les complexesVoïevoda RS-20 (Satan). Dans ces circonstances, le développement d’un missile à carburant liquide de nouvelle génération, placé en silo, est un projet tout à fait rationnel. Le fait qu’il peut porter plusieurs charges augmente les chances d’une partie des systèmes de percer la défense antimissile ennemie.

Cependant l’attrait des systèmes mobile cache d’autres problèmes.

Les silos peuvent sauver un missile de tous les dangers. Même d’une explosion nucléaire. Cependant, le développement de systèmes de haute précision a fait son travail : désormais, n’importe quel silo peut être détruit par un ou deux coups d’obus chargés avec quelques centaines de kilogrammes d’explosifs.

La menace d’une première frappe capable de désarmer l’ennemi grâce à un armement de haute précision est l’une des raisons, pour lesquelles les forces stratégiques sont devenues presque entièrement mobiles. C’est aussi la raison de la croissance de la flotte militaire dans la triade nucléaire. Les systèmes mobiles, capables de se redéployer rapidement sont devenus une cible plus complexe à détruire pour un ennemi potentiel. Ni les satellites, ni les drones ne garantissent la détection en temps opportun de ces systèmes. Tout cela apporte des avantages significatifs, en comparaison avec les systèmes basés en silos.

Toutefois la conception d’un nouveau missile ensilé pourrait constituer un nouveau pas vers l’amélioration des capacités des forces de missiles stratégiques de Russie. Et il n’est pas trop tard pour entamer l’élaboration d’un tel projet. T
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_03_02/Pourquoi-les-forces-de-fusees-strategiques-optent-pour-des-systemes-mobiles-5547/

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s