Pourquoi l’Occident va-t-il perdre sa nouvelle guerre froide avec la Russie

Prépublication Dossiers du BIP 164

Les sanctions à propos de l’Ukraine, heurteront beaucoup plus l’Allemagne et la France

que quiconque  – y compris Moscou

Liam HALLIGAN

Après des mois de tension croissante à propos de l’Ukraine et d’évocations de l’arrivée d’une nouvelle guerre froide, la Russie et l’Occident pourraient, d’une manière surprenante, bientôt parvenir à un rapprochement. L’économie de la zone euro souffre beaucoup, et les sanctions contre la Russie en sont partiellement la cause. L’hiver est aussi sur nous, et cela rappelle à tout un chacun que Vladimir Poutine tient les cartes quand il s’agit de la fourniture de gaz.

Cependant ce qui fait pencher la balance, c’est que l’Ukraine s’achemine vers la déliquescence financière. À moins qu’un très grand plan de sauvetage ne vienne prochainement à son aide, l’Ukraine fera défaut et cela enverra des ondes de choc à travers toute l’économie globale. C’est un risque que personne ne veut prendre – surtout pas Washington, ni Londres, ni Berlin.

Les sanctions contre la Russie allaient inévitablement frapper durement l’Europe occidentale. L’an dernier la zone euro a fait 12 fois plus de commerce avec la Russie qu’avec les États-Unis – c’est une des raisons pour laquelle Washington est plus ferme à l’égard de l’isolement de la Russie.

La plupart des grandes économies européennes, en particulier celle de l’Allemagne, n’ont clairement soutenu les sanctions occidentales qu’après le drame du vol MH17 abattu au-dessus de l’espace aérien ukrainien en juillet, où 298 personnes ont trouvé la mort. Après cette tragédie, immédiatement imputée à Moscou, il était politiquement impossible de suggérer que des sanctions pourraient être contreproductives. Il en a résulté la plus grande restriction sur le commerce russe depuis l’époque soviétique – ciblant principalement les secteurs de l’énergie, de la défense et de la finance – et la détérioration des relations Est-Ouest, les plaçant à leur plus bas niveau depuis la guerre froide.

L’économie occidentale qui a le plus souffert, et de loin, est aussi la plus grande de la zone euro. Les pur-sang de l’industrie allemande ont au cours des dernières années investi des dizaines de milliards d’euros dans des installations de production russes. Volkswagen a en Russie plusieurs sites complets de production, où sont fabriquées les marques préférées de la classe moyenne, dans ce qui sera bientôt le plus grand marché automobile d’Europe. Siemens est au cœur de la mise à niveau du vaste réseau ferroviaire russe, alors que le fabricant spécialisé Liebherr y a aussi une assise importante. De nombreuses entreprises dites «Mittelstand» (de taille moyenne qui représentent plus de la moitié de l’économie allemande) ont également établi des liens commerciaux lucratifs depuis l’ouverture de la Russie il y a 20 ans, vendant de tout, depuis le placoplatre jusqu’aux machines-outils. Plus de 6.000 d’entre-elles fonctionnent à travers le pays, avec 350.000 emplois allemands dépendant directement du commerce avec la Russie. Elles en ressentent les effets.

Cela contribue à expliquer pourquoi, après une hausse de 0,8% au cours des trois premiers mois de 2014, le PIB allemand a reculé de 0,2% au deuxième trimestre. Le poumon économique qu’est la zone euro est maintenant au bord de la récession. La production industrielle a baissé en août de 4% – la plus forte baisse mensuelle depuis le début de 2009; les exportations ont diminué de 5,8% – c’est aussi la plus forte baisse depuis la faillite en 2008 de Lehman Brothers.

Si les industriels allemands sont tranquillement en colère à propos des «sanctions étasuniennes», les agriculteurs français sont bruyamment furieux. Le boycott réciproque de 12 mois par Moscou sur l’importation de produits agricoles occidentaux, touche à peine les agriculteurs étasuniens, alors qu’il provoque les hurlements de protestation gaulois. L’année dernière, un tiers des fruits et légumes frais et plus d’un quart de la viande bovine, exportés par l’Union européenne étaient destinés à la Russie. L’embargo soigneusement ciblée par Moscou a provoqué une surabondance de produits agricoles en Union européenne, entraînant une chute des prix de gros. En se mobilisant de leur manière habituelle, les agriculteurs français ont mis le feu à des centres d’impôts régionaux. Ensemble avec les constructeurs allemands, ils constituent un puissant lobby anti-sanctions.

La raison principale, celle qui brisera très rapidement les sanctions Est-Ouest, est que l’économie ukrainienne est en train d’imploser, soulevant ainsi le spectre de la «contagion» financière. En juin, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) estimait que PIB ukrainien allait diminuer cette année de 7%.

Le mois dernier, cette prévision a été ré-estimée à moins 9%, et accompagnée d’un commentaire de la BERD, avertissant qu’il y aurait «d’énormes difficultés» si l’approvisionnement en énergie provenant de la Russie n’était pas entièrement restauré avant l’hiver. Gazprom fournit généralement à l’Ukraine plus de la moitié de ses besoins en gaz. Elles sont toujours fortement subventionnées. Mais comme il n’y a pas eu d’accord entre Moscou et Kiev sur un nouveau prix, le robinet est coupé depuis juin.

————————————————

[The Spectator, 18 octobre 2014]

[Traduction Alexander MOUMBARIS

correction Marie José MOUMBARIS]

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s