L’effondrement du système fiât1 monétaire occidental pourrait avoir commencé

par Peter Koenig

Le 19 avril 2016, la Chine sortait les nouveaux yuans soutenus par l’or. Le rouble russe ces deux dernières années, était pleinement soutenu par l’or. Personne dans les media occidentaux n’en parle. Pourquoi le feraient-ils? – Un lecteur occidental pourrait commencer à se demander pourquoi il est constamment stressé par des systèmes fiât monétaires basés sur le dollar étasunien manipulés à volonté par une petite élite d’oligarques financiers pour leur avantage et au détriment des gens ordinaires.

Dans un récent article de Russia Insider, Serguei Glaziev, un des plus éminents économistes russes et conseiller auprès du président Poutine, avait affirmé: «le rouble est la devise la mieux soutenue par l’or au monde». Il a continué en expliquant que la quantité de roubles en circulation est couverte par environ deux fois la quantité d’or détenu par le Trésor russe.

En plus de leur alliance financière, la Russie et la Chine ont également développé ces deux dernières années, leur propre système de transfert d’argent, le Système de paiement international chinois (CIPS), ou autrement dit le réseau CIPS qui remplace le système de transfert occidental, SWIFT pour le commerce interne entre la Russie et la Chine. Le terme SWIFT signifie Société pour la télécommunication financière interbancaire mondiale, un réseau qui fonctionne dans 215 pays et territoires, utilisé par plus de 10.000 institutions financières.

Jusqu’à récemment presque toutes les transactions monétaires internationales devaient passer par SWIFT, un établissement privé, basé en Belgique. «Privé» comme la Federal Reserve Bank (Fed), les banques de Wall Street et la Banque de règlements internationaux (BRI); toutes impliquées dans les transferts monétaires internationaux et fortement influencées par la famille Rothschild. Ce n’est pas étonnant que le SWIFT «indépendant» suive les sanctions de Washington, par exemple, en écartant l’Iran du système de transferts internationaux. De même, Washington a employé des pressions sur SWIFT pour qu’il vienne en aide aux fonds vautours newyorkais de Paul Singer qui a extorqué plus de 4 milliards de dollars à l’Argentine. Cette extorsion a été faite en entravant les paiements réguliers de la dette argentine comme convenu avec 93% de ses créanciers. Par la suite l’Argentine a trouvé d’autres moyens pour effectuer ses paiements et évité de s’enliser dans le discrédit et l’insolvabilité.

Tout ceci a changé pour l’Argentine quand Mauricio Macri, le nouveau président néo-libéral, mis en place par Washington, est apparu en scène décembre dernier. Il a rouvert les négociations et s’est dit prêt à payer une importante tranche de cette dette illégale, malgré une décision de l’ONU stipulant qu’un pays qui conclut un accord de règlement avec la majorité des créanciers ne devait pas être pressurisé par les créanciers récalcitrants. Dans le cas de l’Argentine, le seigneur des vautours avait acheté la dette défaillante du pays pour une misère et maintenant que l’économie du pays s’est renforcée, veut se faire une fortune sur le dos de la population. Et voilà un exemple de comment notre système monétaire occidental frauduleux fonctionne.

L’économie de la Chine a surpassé celle des États-Unis et cette nouvelle alliance orientale est considérée comme une menace existentielle pour l’économie véreuse occidentale. Le CIPS, déjà utilisé pour le commerce et les échanges monétaires entre la Chine et la Russie, est également appliqué par les autres membres du BRICS, le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud; ainsi que par les membres de l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), l’Inde, le Pakistan et l’Iran, ainsi que l’Union économique eurasienne (EEU – Arménie, Belarus, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie et Tadjikistan). On dit que le CIPS est prêt à être mis en route dès septembre 2016. Ce serait une alternative formidable au système monétaire occidental frauduleux, à la Ponzi2, basé sur le dollar.

Cette nouvelle souveraineté monétaire orientale est une des raisons principales pour lesquelles Washington essaye si durement de détruire le BRICS, principalement la Chine et la Russie – et récemment avec un effort particulier et de fausses accusations, le Brésil dans une sorte de révolution latino- américaine de couleur.

En outre, le yuan en fin d’année dernière a été accepté par le FMI pour faire partie du panier SDR (Droits de tirage spéciaux) comme cinquième monnaie de réserve; les quatre autres étant le dollar étasunien, la livre sterling britannique, l’euro et le yen japonais. Les SDR fonctionnent comme une devise virtuelle. Ils sont constitués de la moyenne pondérée des cinq devises et peuvent être prêtés à la demande des pays, comme moyen de prévention des risques liés à l’échange. Faisant partie des SDR, le yuan est devenu officiellement une monnaie de réserve. En fait, en Asie le yuan est déjà fortement utilisé par les Trésors de nombreux pays, une alternative au dollar étasunien de plus en plus volatil.

Ce n’est pas un secret, le système monétaire occidental fiât basé sur le dollar est à bout de souffle, arrive en fin de course – c’est le destin réservé à tout plan Ponzi. Que veut dire monnaie «fiât»? C’est de la monnaie créée ex nihilo, à partir de rien. Elle est appuyé sur du vent; certainement pas sur l’or, ni même sur la production économique du pays ou des pays qui l’émettent, c.-à-d. les États-Unis d’Amérique et l’Europe. Elle est simplement déclaré «avoir cours légal» par décret [en quelque sorte un assignat, inconvertible, sans gage – NdT].

Aucun plan pyramidal ne peut être maintenu indéfiniment, inévitablement il s’effondrera. Ce système a été inventé et utilisé par une petite couche supérieure invisible de l’élite qui en a tiré des bénéfices fous au détriment des 99% d’entre nous. Puisque ces élitistes sont aux contrôle des media avec leur propagande mensongère, ainsi que leur machine de mort belliqueuse, les forces armées étasuniennes, l’OTAN, pris ensemble avec les appareils de sécurité et d’espionnage international, CIA, MI6, MOSSAD, DGSE, BND et encore.., font que nous sommes impuissants – mais impuissants seulement tant que nous ignorons ce qui se passe vraiment à l’arrière scène.

Notre système monétaire occidental est basé sur la dette, il possède tous les cachets d’un poulpe monstrueux global. Le système bancaire étasunien a été dérégulé au cours des années 1990’ par le président Clinton. Les vassaux européens ont suivi le mouvement au début des années 2000′. Environ 97% de tout l’argent en circulation dans le monde occidental est «créé» par des banques privées par un clic de souris sous forme de «prêts» ou de dettes. Chaque prêt octroyé par une banque privée représente une dette sur ses livres; une dette qui rapporte des intérêts, le générateur principal des bénéfices banquiers. Bénéfices ex nihilo! Ils ne représentent aucun travail, aucune production, aucune valeur ajoutée réelle à l’économie.

Si et quand les banques dans cette toile d’endettement commencent à rappeler leurs passifs exigibles, elles peuvent déclencher une avalanche irrésistible – qui conduirait à une fin chaotique du système. Cette fin de course pourrait avoir juste commencé. Nous en avons vu une augmentation graduelle dès la fin de la Seconde Guerre avec la farce de la course aux armements pendant la guerre froide, et un point culminant lors de la crise des crédits hypothécaires (subprimes) étasuniens de 2007/2008/2009, conduisant à une crise économique globale artificielle interminable qui pourrait bien venir à terme dans un grand fracas en 2016/2017.

Les dommages pourraient être impensables, laissant derrière eux le chaos, la pauvreté, la famine, la misère – la mort. Mais l’élite invisible au pouvoir tirerait son épingle du jeu, tout en restant en place pour recommencer à zéro. – Si nous les laissions faire. C’est toujours la même chose: Un peuple mal informé peut être manœuvré à volonté et sera frappé d’épouvante devant des événements inattendus, comme des actes terroristes faits avec des bombes ou par des banques.

Soyons tout à fait clairs – nous serons tous mal-informés tant que nous écouterons et croirons les mass media contrôlés par six géants médiatiques anglo-sionistes qui alimentant le public occidental avec 90% de ses informations, que l’on appelle des «actualités» et que nous consommons avec enthousiasme chaque jour; l’avalanche des mensonges qui se répètent dans chacun des pays occidentaux, heure après heure – devient, ainsi, la vérité. Point.

Nous devons sortir de nos fauteuils douillets, et écouter cette étincelle intime du fond de notre cœur, nous disant, à contrecourant des avalanches de mensonges, qu’il y a quelque chose qui sonne faux, que nous sommes gavés de duperie. Nous devons creuser pour la vérité. Elle est là – sur internet, les media alternatifs, tel que Global Research, Information Clearing House, VNN, Le Saker, NEO, Russia Today, Sputnik News, Press TV, TeleSur et beaucoup d’autres sources crédibles pour les chercheurs de vérité.

Revenons à l’effondrement imminent. – Les règles de base pour le plan monétaire pyramidal ont été mises en place en 1913 par la création de la Fed. Une fois encore, la Fed est entièrement privée, Rothschild a dominé l’institution bancaire qui sert de banque centrale aux États-Unis. C’est la machine omnipotente pour la fabrication de dollars. Elle a été frauduleusement et secrètement conçue en 1910 sur l’île de Jekyll en Géorgie, comme c’est écrit dans l’histoire de l’île de Jekyll (voir http://www.jekyllislandhistory.com/federal reserve.shtml) comme une «chasse au canard» qui «comprenait le sénateur Nelson Aldrich; son secrétaire personnel Arthur Shelton; le Dr A. Piatt Andrew, ancien professeur en économie à l’Université de Harvard; Henry P. Davison, partenaires de J.P. Morgan & Co; Frank A. Vanderlip, président de la National City Bank; et Paul M. Warburg partenaire de Kuhn, de Loeb, and Co. Dès le début le groupe a procédé clandestinement. Ils ont commencé par éviter l’usage de leurs noms de famille et se rencontraient discrètement dans le wagon ferroviaire privé d’Aldrich dans le New Jersey.»

La concoction tramée par ces «chasseurs de canard» est devenue en 1913, grâce à une mystification, le système privé de la Federal Reserve Bank dominé par Rothschild, la banque centrale des États-Unis.

Après la signature de l’acte de promulgation de la Fed, le Président Woodrow Wilson a déclaré, «je suis l’homme le plus malheureux. J’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est commandée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance de la nation et donc toutes nos activités sont aux mains de quelques hommes. Nous sommes arrivés à être un des pays les plus mal gouvernés, un gouvernement des plus complétement contrôlés et dominés dans le monde civilisé, non plus un gouvernement de libre opinion, non plus un gouvernement par conviction et le vote de la majorité, mais un gouvernement par l’opinion et la contrainte d’un petit groupe d’hommes dominants»

Le système sioniste-anglo-saxon possédait une banque centrale au Royaume Uni depuis aussi loin que 1694. Elle était alors déjà contrôlée par les Rothschilds, comme l’était tout le système bancaire. Le baron Nathan Mayer Rothschild avait une fois avoué: «Il m’importe peu de savoir quelle est la marionnette placée sur le trône d’Angleterre pour gouverner l’empire où le soleil ne se couche pas. L’homme qui contrôle la masse monétaire britannique contrôle l’Empire britannique, et moi je contrôle la masse monétaire britannique.» La fortune de la famille Rothschild ne peut pas être valablement estimée, mais elle serait évaluée dans les billions3. Ce que la baron Nathan Mayer Rothschild avait dit y a 300 ans, reste encore valable à ce jour.

Il n’est pas étonnant, que de vouloir se dégager de ce plan monétaire bidon soit la première priorité pour la plupart des pays qui prisent leur souveraineté, leur autonomie et leur liberté, bien qu’ils n’osent pas le dire si ouvertement de peur que l’empire se rue sur eux et les punisse avec toutes les terreurs financières qu’ils veulent éviter. Et en se ruant contre les pays non alignés, l’empire, telle une bête mourante, essaye d’entrainer avec elle dans sa tombe creusée, autant qu’elle peut du monde vivant.

Est-ce donc une coïncidence ou plutôt une convergence délibérée de plusieurs événements si l’empire dans un effort ultime commence par d’abord ravager pour après récupérer autant que possible avant son effondrement?

Le 10 avril, Zero Hedge rapporte «l’Autriche vient juste d’annoncer une tonte de 54% contre les créanciers seniors dans le cadre du ‘bail-in’4 en conformité avec les nouvelles règles européennes». La «mauvaise banque» autrichienne, la défaillante Hypo Alpe Adria, devenue Heta Asset Resolution AG après sa nationalisation, a découvert dans son bilan un trou de US$ 8,5 milliards; suffisamment pour déclencher un nouveau «bail-in» selon la nouvelle réglementation européenne. Est-ce une coïncidence si ce fut également en Autriche le 10 avril – de l’année 1931, qu’une banque importante a fait faillite et déclenché la Grande dépression? – C’était une première en Europe. Soyez prêts pour d’autres à venir, parce que la surexposition des banques européennes est estimée au-delà du billion de dollars.

Le 15 avril, le New York Times a signalé que – cinq des huit plus grandes banques de Wall Street étaient en violation du régulateur bancaire étasunien. La Fed et la Federal Deposit Insurance Corporation [Agence fédérale de garantie des dépôts bancaires] FDIC ont indiqué que toutes les banques «J.P. Morgan, Chasse, Bank of America, Wells Fargo, State Street and Bank of New York, manquaient de plans ‘crédibles’ pour faire face à l’éventualité d’une faillite en cas de crise financière.» Ces banques ont jusqu’en octobre 2016 pour se conformer. Selon les nouvelles règles un renflouement par les contribuables [bail-out] serait peu probable. Par conséquent les «bail-ins» pourraient affecter des millions de déposants et d’actionnaires; leurs fonds seraient volés pour auto-secourir les banques trop grandes pour faire faillite [TGFF] Après tout, soit leur non-conformité aux demandes du régulateur, soit leur insolvabilité, peuvent facilement être arrangées pour servir de fondement juridique pour voler l’épargne des gens ordinaires. Il n’y a pas à s’inquiéter, les banques TGFF ne disparaitront pas, mais votre épargne le pourrait bien.

Les «Panama Papers» divulgués par la CIA – pour ceux qui doutent toujours de la participation de la CIA à cette affaire voir http://journal-neo.org/2016/04/09/the-panama-paper s-the-people-deceived/ – visent d’une manière tout à fait rudimentaire à diffamer «les suspects habituels»: les présidents Poutine et Assad, ainsi que l’Iran, le Venezuela, le Brésil naturellement – et d’autres. Étrangement aucune personnalité notable de l’UE ou des multinationales étasuniennes n’apparait sur la liste. Y aurait-il quelqu’un pour croire sérieusement que M. Poutine, ancien agent du KGB, serait assez simplet pour mettre sa fortune (même s’il en a une à cacher) au Panama, l’épitomé d’un état marionnette des États-Unis, où vous ne pouvez pas tirer la chasse sans que Washington le sache?

Quelques néoconservateurs symboliques apparaissent dans les listes, tel que le nouveau président de l’Argentine nommé par Washington, Mauricio Macri, qui court amok ruinant son pays. En moins de quatre mois il a fait reculer l’économie de l’Argentine de dix ans; le taux de pauvreté qui en novembre 2015 était inférieur à 10% est passée à 34% vers la fin de mars 2016. L’empire a besoin de lui pour graduellement transformer l’Argentine en chaos, toutefois pas trop rapidement, de peur qu’il ne soit «renversé» et remplacé par un adversaire des États-Unis – qui ne serait pas du tout apprécié à Washington. Pour les types comme Macri arrivés sur les Panama Papers c’est un avertissement pour qu’ils se tiennent comme il faut.

La publication des Panama Papers pourraient également être une incitation pour les citoyens et grandes sociétés étasuniennes de faire rentrer à la maison leurs participations se comptant en billions de dollars non déclarées empilées dans des paradis fiscaux outre-mer, vers des abris financiers étasuniens comme ceux du Delaware, du Wyoming, du Dakota du Sud et du Nevada, aidant de ce fait à graduellement renforcer le dollar en décomposition.

Simultanément, certains pays européens et le Japon ont introduit des taux d’intérêt négatifs afin d’augmenter la liquidité monétaire, espérant stimuler ainsi leurs économies toujours stagnantes. C’est le prétexte. En réalité, les intérêts négatifs ne sont que le précurseur d’un système financier complètement contrôlé par les banques. Normalement les «bail-ins» et les intérêts négatifs devraient donner lieu à une ruée de déposants pour retirer leur argent des banques. Cela ne s’est pas encore produit.

En Suisse, un des premiers pays à introduire des intérêts négatifs, la Banque nationale suisse a signalé que la demande de billets de banque à 1.000 CHF – une des coupures les plus élevées au monde (apparemment maintenue en dépit de l’appel de Draghi de la BCE d’éliminer les plus grandes dénominations) – a augmentée de 17% (4,7 milliards de CHF – US$ 4,85 milliards) en décembre 2014, le mois qui a suivi l’introduction d’intérêts négatifs. Est-ce l’indication que les Suisses ont tranquillement commencé à amasser de l’argent liquide en grosses coupures?

Les amas de billets de banque et les ruées sur les dépôts bancaires seront parés par l’introduction d’une société sans argent en espèces, c.-à-d. toutes les transactions monétaires deviendront graduellement électroniques. Le processus a déjà commencé. En Suède et dans d’autres parties de l’Europe, ainsi qu’au Japon, les supermarchés et les magasins sans argent ont un grand succès, particulièrement parmi les jeunes consommateurs, qui jouent allégrement en payant des caissiers électroniques en passant leurs téléphones portables devant un œil électronique.

Les jeunes et innocents – si seulement ils savaient que les banquiers oligarques veulent contrôler leur argent et les asservir avec un «gadget amusant», ils pourraient décider de résister. Mais ceux qui contrôlent le système savent bien que les jeunes sont les conducteurs de l’avenir. Nous, la vieille résistance, nous nous éteindrons avec le temps. Problème résolu. – Mais nous ne sommes pas encore morts. Les temps changent… [The times are A-changing..»(Bob Dylan, 1964).

Le trio néfaste – «bail-ins», intérêts négatifs, et une société sans argent liquide – rendra l’existence dans le «premier monde» industrialisé tout à fait insupportable, telle une danse stressante sur les pointes des pieds, avec suspendu de manière intimidante au-dessus des têtes par l’empereur l’épée de Damoclès. Washington pourrait avoir un joker dans sa manche – en réintroduisant «l’étalon or»; le même étalon or que Nixon avait abandonné en 1971. Les États-Unis avaient également accumulé au cours des 25 dernières années des quantités énormes d’or. Un nouvel étalon or du dollar, serait très probablement fixé avec un rapport qui éliminerait toute la dette étasunienne, y compris les futures «obligations non-escomptés» (GAO – General Accounting Office [l’équivalent de la Cour des comptes française – NdT] d’environ d’US$ 125 billions. Ils essaieraient de maintenir le monde occidental industrialisé dans l’orbite de Washington, mais pourraient perdre la plupart du monde en voie de développement et les ressources naturelles qu’il possède et qui sont convoitées par l’Occident. Ces pays opprimés et colonisés depuis des siècles sont susceptibles de graviter vers la nouvelle alliance Chine-Russie – laissant l’Occident délocalisé et déjoué sans main d’œuvre – avec une puissance militaire massive mais dépassée.

Pour contrer le développement de cette ultime farce de résistance des tsars banquiers sionistes occidentaux, la Chine et la Russie ont préparé ces dernières années un système financier indépendant, décroché du dollar US et incorporant maintenant les BRICS, les nations de la SCO, aussi bien que l’Union économique eurasienne. Cette association de pays et d’économies comprend environ la moitié de la population mondiale et au moins un tiers de la production économique du globe; un fait qui pour des raisons évidentes est totalement ignoré par les mass media. Le bateau en perdition machiavélique ne veut pas que ses passagers sautent pour se sauver.

L’annonce faite par la Chine le 19 avril 2016, que ses yuans soutenus par l’or, n’étaient plus convertibles en dollars, pourrait bien déclencher un ajustement économique vers «le camp oriental». Beaucoup de pays sont attentifs et fatigués de l’exploitation occidentale, l’asservissement, les menaces de sanctions, l’oppression et le danger toujours présent d’invasion par sa machine à massacres. Le décrochage du dollar par une économie du tiers monde peut en effet ouvrir de nouveaux horizons, créant de nouvelles alliances, de nouveaux espoirs pour un monde plus égal et plus juste.

Peter Koenig est un économiste et un analyste géopolitique. Il est également un ancien membre du personnel de Banque mondiale et a travaillé intensivement dans le monde dans les domaines de l’environnement et des ressources d‘eau. Il écrit régulièrement pour Global Research, ICH, RT, Sputnik, PressTV, Counterunch, TeleSur, le blog du Saker, et d’autres sites internet. Il est l’auteur d’une fiction basé sur des faits, The Implosion – un thriller économique au sujet de la guerre, de la destruction environnementale et de la cupidité des grandes entreprises, basée sur des faits et sur 30 ans d’expérience de la Banque mondiale partout dans le monde. Il est également un des co-auteurs de The World Order and Revolution! – Essays from the Resistance [L’Ordre mondial et de la révolution! – Essais de la résistance].

23/04/2016

————————————————

[Global Research, 21 avril 2016 http://www.globalresearch.ca/the-collapse-of-the-western-fiat-monetary-system-may-have-begun-china-russia-and-the-reemergence-of-gold-backed-currencies/5521107]

[Traduction Alexandre MOUMBARIS relu Marie-José MOUMBARIS]

Notes de la traduction

  1. Fiât, qualifie une monnaie qui n’existe que par décret, comme expliqué plus loin, elle n’a pas d’étalon, elle est en quelque sorte un assignat sans aucune garantie de valeur intrinsèque ou autre.
  2. D’après l’escroc Charles Ponzi, prédécesseur de Maddof, qui mit en place en 1920 cette arnaque pyramidale où des hauts taux d’intérêts versés étaient payés par les nouveaux investisseurs
  3. Billions : milliers de milliards 1012
  4. Voir plus loin. C’est un système où les créanciers et les dépositaires se voient obligés de participer au renflouement de la banque. Ce problème survient du fait que les banques prêtent plusieurs fois au-delà de leur fonds propres. Elles prêtent donc des fonds et tirent des intérêts sur des fonds qu’elles ne possèdent pas.

 

The Collapse of the Western Fiat Monetary System may have Begun

23/04/2016

By Peter Koenig

On 19 April 2016, China was rolling out its new gold-backed yuan. Russia’s ruble has been fully supported by gold for the last couple of years. Nobody in the western media talks about it. Why would they? – A western reader may start wondering why he is constantly stressed by a US dollar based fiat monetary systems that is manipulated at will by a small elite of financial oligarchs for their benefit and to the detriment of the common people.

In a recent Russia Insider article, Sergey Glaziev, one of Russia’s top economists and advisor to President Putin said about Russia’s currency, “The ruble Is the most gold-backed currency in the world”. He went on explaining that the amount of rubles circulating is covered by about twice the amount of gold in Russia’s Treasury.

In addition to a financial alliance, Russia and China also have developed in the past couple of years their own money transfer system, the China International Payment System, or the CIPS network which replaces the western transfer system, SWIFT, for Russian-Chinese internal trading. SWIFT, stands for the Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, a network operating in 215 countries and territories and used by over 10,000 financial institutions.

Up until recently almost every international monetary transaction had to use SWIFT, a private institution, based in Belgium. ‘Private’ like in the US Federal Reserve Bank (FED), Wall Street banks and the Bank for International Settlements (BIS); all are involved in international monetary transfers and heavily influenced by the Rothschild family. No wonder that the ‘independent’ SWIFT plays along with Washington’s sanctions, for example, cutting off Iran from the international transfer system. Similarly, Washington used its arm-twisting with SWIFT to help Paul Singer’s New York Vulture Fund to extort more than 4 billion dollars from Argentina, by withholding Argentina’s regular debt payments as was agreed with 93% of all creditors. Eventually Argentina found other ways of making its payments, not to fall into disrepute and insolvency.

All of this changed for Argentina, when Mauricio Macri, the new neoliberal President put in place by Washington, appeared on the scene last December. He reopened the negotiations and is ready to pay a sizable junk of this illegal debt, despite a UN decision that a country that reaches a settlement agreement with the majority of the creditors is not to be pressured by non-conforming creditors. In the case of Argentina, the vulture lord bought the country’s default debt for a pittance and now that the nation’s economy had recovered he wants to make a fortune on the back of the population. This is how our western fraudulent monetary system functions.

China’s economy has surpassed that of the United States and this new eastern alliance is considered an existential threat to the fake western economy. CIPS, already used for trading and monetary exchange within China and Russia, is also applied by the remaining BRICS, Brazil, India and South Africa; and by the members of the Shanghai Cooperation Organization (SCO), plus India, Pakistan and Iran, as well as the Eurasian Economic Union (EEU – Armenia, Belarus, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Russia and Tajikistan). It is said that CIPS is ready to be launched worldwide as early as September 2016. It would be a formidable alternative to the western dollar based monetary Ponzi scheme.

The new eastern monetary sovereignty is one of the major reasons why Washington tries so hard to destroy the BRICS, mainly China and Russia – and lately with a special effort of false accusations also Brazil through a Latin America type Color Revolution.

In addition, the Yuan late last year was accepted by the IMF in its SDR basket as the fifth reserve currency, the other four being the US dollar, the British pound, the euro and the Japanese yen. The SDR, or Special Drawing Right, functions like a virtual currency. It is made up of the weighted average of the five currencies and can be lent to countries at their request, as a way of reducing exchange risks. Being part of the SDR, the yuan has become an official reserve currency. In fact, in Asia the yuan is already heavily used in many countries’ treasuries, as an alternative to the ever more volatile US dollar.

It is no secret, the western dollar-led fiat monetary system is on its last leg – as eventually any Ponzi scheme will be. What does ‘fiat’ mean? It is money created out of thin air. It has no backing whatsoever; not gold, not even the economic output generated by the country or countries issuing the money, i.e. the United States of America and Europe. It is simply declared “legal tender’’ by Government decree.

No pyramid scheme is sustainable in the long run and eventually will collapse. It was invented and is used by a small invisible upper crest of elite making insane amounts of profit on the back of the 99% of us. Since these elitists are in control of the media with their lie propaganda, as well as the warmongering killing machine, US armed forces, NATO, combined with the international security and spy apparatus, CIA, MI6, Mossad, DGSE, the German Federal Intelligence Service (BND) and more, we are powerless – but powerless only as long as we ignore what’s really going on behind the curtain.

Our western monetary system is based on debt has all the hallmarks of a failing global monster octopus. The US banking system was deregulated in the 1990’s by President Clinton. The European vassals followed suit in the early 2000’s. About 97% of all the money in circulation in the western world is ‘made’ by private banks by a mouse click in the form of ‘loans’ or debt. Every loan a private bank hands out is a liability on that bank’s books; a liability that bears interest, the key generator of the banks’ profits. Profit from thin air! No work, no production, no real added value to the economy.

If and when the banks within this web of debt begin recalling their outstanding liabilities, they may set a non-stoppable avalanche in motion – leading to a chaotic end of the system. This end-run may have just begun. We have seen a gradual build-up since the end of WWII with the armament of the Cold War farce, and a high point with the manufactured sub-prime crisis of 2007 / 2008 / 2009, prompting an artificial and endless global economic crisis which may come crashing down in 2016 / 2017.

The damage may be humongous, leaving behind chaos, poverty, famine, misery – death. With the invisible ruling elite having cashed in, remaining on top and being liable to start again from scratch. – If we let them. It always boils down to the same: An uninformed people can be manipulated at will and is left in awe when hit by unexpected events, like acts of terror by bombs or banks.

Let us be crystal clear – we are all uninformed as long as we listen to and believe in the mainstream media – which are controlled by six Anglo-Zionist media giants, feeding the western public with 90% of the information, the so-called ‘news’ that we consume so eagerly every day; the barrage of lies that repeat themselves in every western country every hour on the hour – and, thus, become the truth. Period.

We must get out of our comfortable armchairs, listen to that innermost spark in the back of our minds, telling us against all avalanches of lies that there is something wrong, that we are being fed deception. We have to dig for the truth. And it is there – on internet, on alternative media, like Global Research, Information Clearing House, VNN, The Saker, NEO, Russia Today, Sputnik News, PressTV, TeleSUR – and many more credible sources of truth-seekers.

Back to the impending collapse. – The ground rules for our pyramid monetary scheme have been laid in 1913 by the creation of the FED. Again, the FED is an entirely private, Rothschild dominated banking institution that serves as the US Central Bank. It is the omnipotent dollar making machine. It was fraudulently and secretly conceived in 1910 on Jekyll Island, Georgia, and described by Jekyll Island history (http://www.jekyllislandhistory.com/federalreserve.shtml ) as the “duck hunt” which “included Senator Nelson Aldrich, his personal secretary Arthur Shelton, former Harvard University professor of economics Dr. A. Piatt Andrew, J.P. Morgan & Co. partner Henry P. Davison, National City Bank president Frank A. Vanderlip and Kuhn, Loeb, and Co. partner Paul M. Warburg. From the start the group proceeded covertly. They began by shunning the use of their last names and met quietly at Aldrich’s private railway car in New Jersey.”

The concoction of these secretive “duck hunters” became in 1913 the privately owned Rothschild dominated Federal Reserve System, the US central bank by deceit.

After signing the FED act into existence, President Woodrow Wilson declared, “I am a most unhappy man. I have unwittingly ruined my country. A great industrial nation is controlled by its system of credit. Our system of credit is concentrated. The growth of the nation, therefore, and all our activities are in the hands of a few men. We have come to be one of the worst ruled, one of the most completely controlled and dominated Governments in the civilized world no longer a Government by free opinion, no longer a Government by conviction and the vote of the majority, but a Government by the opinion and duress of a small group of dominant men.”

The Zionist-Anglo-Saxon system had a central bank in England since way back in 1694. It was then already controlled by the Rothschilds, as was the entire banking system. Baron Nathan Mayer Rothschild once declared: “I care not what puppet is placed upon the throne of England to rule the Empire on which the sun never sets. The man that controls Britain’s money supply controls the British Empire, and I control the British money supply.” The Rothschild family’s fortune cannot be properly estimated, but it must be in the trillions. What Baron Nathan Mayer Rothschild may have said some 300 years ago, still holds true to this day.

No wonder, breaking loose of this sham monetary scheme is number one priority of most countries that treasure sovereignty, autonomy and freedom, though they do not dare say so openly, lest the empire lashes out at them punishing them with the very financial terror they want to escape from. And lashing out at the unaligned world the empire does, like a dying beast, attempting to pull with it much of the living world into its own shoveled grave.

Is it therefore coincidence or a rather a purposefully planned convergence of several events as a last ditch effort first to ravage then to salvage as much as possible before the collapse?

On 10 April, Zero Hedge reports “Austria Just Announced A 54% Haircut of Senior Creditors in First “Bail In” Under New European Rules”. The Austrian “bad bank”, the failed Hypo Alpe Adria, that became Heta Asset Resolution AG after the government’s nationalization, found a US$ 8.5 billion hole in its balance sheet, enough to trigger the new European ‘bail-in’ rule. Is it coincidence that also in Austria a major bank failure triggered the Great Depression also on a 10th of April – in 1931? – This is a first in Europe. Be prepared for others to follow, as over-extension of European banks is estimated in excess of a trillion dollars.

On 15 April, the New York Times reported that – Five of Wall Street’s eight largest banks are in defiance of the US banking regulator. The FED and FDIC said that “JP Morgan, Chase, Bank of America, Wells Fargo, State Street and Bank of New York, all lacked ‘credible‘ plans to enter bankruptcy in the event of a financial crisis.” These banks have until October 2016 to comply. Under the new rules a tax-payer bail-out would be unlikely. Hence ‘bail-ins’ could affect millions of depositors and shareholders, their funds being stolen in order to self-rescue the too-big-to-fail banks. After all, non-compliance with the regulator’s requests, or insolvency, can easily be manufactured as a legal base for stealing common people’s savings. No worries, the TBTF banks will not go away, but your savings may.

The CIA released Panama Papers (for who still doubts about the CIA involvement in the release of the Panama Papers, read here http://journal-neo.org/2016/04/09/the-panama-papers-the-people-deceived/), aimed in a most rudimentary way at defaming the ‘usual suspects’, Presidents Putin and Assad, as well as Iran, Venezuela, Brazil, of course – and others. Strangely no notable EU or US citizens or corporations were on the list. Would anybody seriously believe that Mr. Putin, a former KGB agent, would be so ignorant as to putting his fortune (even if he had any to hide) into Panama, the epitome of a US puppet state, where you can’t flush a toilet without Washington knowing it?

Some token neocons appear in the published papers, like Argentina’s new ‘Washington appointed’ President Mauricio Macri, who is running amok ruining his country. Within less than four months he has rolled Argentina’s economy back by ten years, raising poverty from below 10% in November 2015 to 34% by the end March 2016. The Empire needs him to keep gradually turning Argentina into chaos, however not too quickly, lest he may be ‘deposed’ and replaced by a US adversary – that would not at all be appreciated in Washington. For the types of Macri that made it on the list, the Panama Papers are a warning signal to keep them in-check.

The publication of the Panama Papers may also be an incentive for US citizens and corporations to bring home trillions of undeclared dollar holdings stacked away in overseas tax havens into homeland financial shelters like those in Delaware, Wyoming, South Dakota and Nevada, thereby helping strengthen the gradually decaying dollar.

Simultaneously, some European countries and Japan introduced negative interest rates, so as to increase monetary liquidity, thereby hoping stimulating an ever stagnant economy. That’s the pretext. In reality however, negative interests are but a precursor to a wholly bank controlled financial system. Normally ‘bail-ins’ and negative interest would cause a run on the banks. This has not happened yet.

In Switzerland, one of the first countries to introduce negative interests, the Swiss National Bank reported that the demand of the 1,000 franc notes – one of the world’s highest value denominations (apparently to be maintained despite ECB Draghi’s call for elimination of high denomination bank notes) – increased by 17% (by CHF 4.7 billion – US$ 4.85 billion) in December 2014, the month following the introduction of negative interests. May it be an indication that the Swiss have quietly started hoarding big-denomination cash?

Future hoarding and runs on the banks will be countered by the introduction of a cashless society, i.e. all monetary transactions will gradually become electronic. The process has already begun. In Sweden and other parts of Europe, as well as Japan, cashless supermarkets and department stores claim big success, especially with the young consumers, who happily play along paying electronic cashiers by swiping their cell phones in front of an electronic eye.

The Young and Innocent – if they only knew that the banking oligarchs want to control their money and enslave them with a ‘fun gadget’, they may decide to resist.  But well know those who control the system that the young are the drivers of the future. We, the old resistance will eventually die out. Problem solved. – But we are not dead yet. The Times are A-Changing… (Bob Dylan, 1964).

The nefarious trio – ‘bail-ins’, negative interests, and a cash free society – will make living in the industrialized ‘first world’ a sheer nuisance, a stressful dance on toes, as the emperor’s proverbial Damocles Sword hangs intimidatingly above us.

Washington may have one last joker up its sleeve – reintroducing the ‘gold standard’, the very gold standard that Nixon abandoned in 1971. The US have also been accumulating huge amounts of gold over the past 25 years. A new US dollar gold standard would most likely be set at a ratio that would wipe out all US debt, including future ‘unmet obligations’ (GAO – General Accounting Office) of about US$ 125 trillion. It would attempt to keep the western industrialized world in Washington’s orbit, but might lose most of the developing world owning natural resources coveted by the west. These countries oppressed and colonized for centuries are likely to gravitate to the new China-Russia alliance – leaving the outsourced and outwitted west alone without workforce – and with a massive but outdated military power.

To counter the build-up of this criminal last ditch sham by the western Zionist banking czars, China and Russia have been preparing over the last few years an independent financial system, delinked from the US dollar and which now incorporates the BRICS, the SCO nations, as well as the Eurasian Economic Union. This association of countries and economies account for about half the world’s population and at least one third of the globe’s economic output; a fact totally ignored by the mainstream media, for obvious reasons. The Machiavellian sinking ship does not want its passengers to jump to safety.

The 19 April 2016, announcement by China of its gold-backed yuan, no longer convertible into dollars, may just trigger an economic shift into the ‘eastern camp’. Many countries are wary and tired of western exploitation, enslavement, threats of sanctions, oppression and an ever present danger of invasion by the killing machine. The decoupling of the dollar by a third of the world economy may indeed open new horizons, creating new alliances, new hope for a more equal and just world.

Peter Koenig is an economist and geopolitical analyst. He is also a former World Bank staff and worked extensively around the world in the fields of environment and water resources. He writes regularly for Global Research, ICH, RT, Sputnik, PressTV, CounterPunch, TeleSur, The Vineyard of The Saker Blog, and other internet sites. He is the author of Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed – fiction based on facts and on 30 years of World Bank experience around the globe. He is also a co-author of The World Order and Revolution! – Essays from the Resistance.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s