Rapatriement rapide des citoyens de la RPDC: Le porte-parole de C.C, de la Croix-Rouge de la RPDC

Un porte-parole du Comité central de la Croix-Rouge de la RPDC a publié vendredi une déclaration sur le lapse de 10 mois depuis que les femmes citoyennes de la RPDC ont été séquestrées et enlevées en Corée du Sud par le groupe Park Geun Hye.

Notant que 12 femmes citoyennes de la RPDC à Ningbo, dans la province du Zhejiang en Chine, ont été séquestrées et enlevées en plein jour en Corée du Sud en avril dernier,

La RPDC a fortement exigé que la Corée du Sud rapatrierait sans condition les femmes enlevées en sécurité lorsque les agents du Service de renseignement et les autorités sud-coréennes, y compris le ministère des Affaires étrangères, ont commis l’acte terroriste surprise sur l’ordre de la sorcière de Chongwadae.

Cependant, Park Geun Hye et le groupe de marionnettes ont continué à commettre des crimes impardonnables sans hésitation, loin de faire des excuses pour cet enlèvement odieux et de rapatrier les femmes citoyennes dans le Nord.

Ils ont négligé la forte demande des familles des personnes enlevées pour une rencontre face à face avec leurs filles à Séoul, parlant de «défection de groupe selon leur libre arbitre». Ils ont arrêté les personnes enlevées dans des cellules isolées, hors du contact avec l’extérieur, imposant des souffrances mentales et physiques, des tourments, des apaisements et des tromperies, des menaces et des chantages pour les forcer à défection.

Ils ont refusé de se conformer à la demande d’une rencontre en personne avec les femmes sous le prétexte absurde de «sécurité personnelle» de leur famille. Et ils n’ont pas envoyé ces femmes à l’essai à huis clos organisé par une cour de Corée du Sud qui a passé par les procédures nécessaires, la qualifiant de «danser au son de l’affirmation du nord sur l’enlèvement» et enfin d’avorter le procès.

Ils traitent la question de la sécurité des personnes enlevées comme étant très secrètes, motivées par leur sinistre intention de garder la vérité sur leur crime enfoui dans l’oubli à jamais.

Leur enlèvement et la garde des femmes de la RPDC constituent une violation impardonnable de la dignité et de la souveraineté de la RPDC et un crime odieux et inhumain contre les droits de l’homme car ils ont délibérément «divisé les familles».

La nation ne pardonnera jamais aux actes inhumains et traîtres du groupe de marionnettes sud-coréens de forcer les parents et leurs enfants à vivre séparés les uns des autres et de réduire les enlèvements aux victimes de leur opération pour intensifier la confrontation avec les compatriotes.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s